Sociéte

665 graciés à l’occasion de l’Aïd: Une mesure impopulaire sur la toile bleue

Image: Le 360
Image: Le 360

En décidant de gracier 665 individus dont plusieurs repris de justice constituant un danger manifeste pour la société, à l’occasion de la fête du Sacrifice, le Roi Mohammed VI a remis sur le feu de la rampe la question de grâce royale. Une mesure visiblement impopulaire auprès des usagers des réseaux sociaux, de certains acteurs de la société civile et des familles des victimes des agressions perpétrées par ces repris de justice. Nombreux sont ceux qui s’interrogent sur le bien-fondé de cette décision à un moment où la criminalité au Maroc s’est convertie en phénomène de société. Un fléau qui se professionnalise de plus en plus à travers le recours à des procédés dignes du crime organisé après avoir été longtemps artisanal. Des villes comme Casablanca, Fès, Tanger et bien d’autres cités du pays ont connu une recrudescence notoire du crime faisant carrément instaurer une situation d’état de siège non déclaré, notamment après la tombée de la nuit.

Commentaire

commentaire

À propos de l'auteur

Espace MRE

Ajouter un commentaire

Cliquer pour envoyer un commentaire