International

Crise du dollar en Égypte : L’arbre qui cache la forêt

[otw_is sidebar=otw-sidebar-12]Celui qui connait les enjeux géopolitiques et socioculturels dans le monde arabe, appréhende parfaitement l’importance de l’Égypte dans l’équation stratégique des rapports de forces et d’influence au niveau de cette partie du globe. Ce pays qui souffre d’une pénurie endémique de devises, et plus particulièrement de dollars a demandé officiellement au Fond Monétaire International (FMI) un soutien financier. Or, malgré qu’il soit parmi les trois premières puissances économiques en Afrique, aux côtés  du Nigéria et l’Afrique du Sud, sa crise du dollar pèse sur sa croissance économique.

Cependant, face aux ultimatums qui pèsent sur l’Égypte avec la baisse remarquée des flux de devises étrangères, la Banque centrale n’avait  d’autre choix que d’adopter une certaine politique de change plus souple afin d’avoir une circulation plus régulière des devises étrangères au sein du système bancaire égyptien. Toutefois, le ralentissement du transport maritime mondial, ainsi que  la baisse appréciable des recettes touristiques, ont affecté les principales sources de ses revenus en devises.

Dans le cadre de leur stratégie de développement, les décideurs égyptiens visent trois axes principaux afin de relancer leur système économique et financier, à savoir la réduction du taux de chômage, l’amélioration du climat d’investissement et des affaires, ainsi que promotion de la compétitivité des PME. En revanche, cette stratégie qui s’inscrit dans la vision 2030 adoptée par l’Égypte, est loin d’être aisément réalisable dans un contexte politique interne en ébullition, un tissu social en déliquescence, une politique économique et financière instable, et surtout avec une politique extérieure manquant de vision de d’équilibre.

Enjeux majeurs

D’ailleurs, cette crise du dollar qui perturbe actuellement le marché financier égyptien, est due principalement à une politique d’injection du dollar, poursuivie par l’État lui-même dans le marché financier afin de contrôler sa valeur. Or, les enjeux du marché noir ainsi qu’une certaine régression concernant les dons et prêts provenant des pays du Golfe, ont affecté la valeur de cette devise sur le marché financier et les réserve de la Banque centrale. Autrement dit, cette crise du dollar, à partir d’un dépistage superficiel, est principalement liée à une décroissance du financement extérieur et à un mauvais choix de politique monétaire quant à la gouvernance financière choisie par les responsables de ce secteur.

Livre égyptienne: Une monnaie en faillite. www.forumfw.com
Livre égyptienne: Une monnaie en faillite. www.forumfw.com

Les investisseurs qui commencent à éprouver des difficultés à maintenir leurs investissements en Égypte, vu la conjoncture financière actuelle sur le marché local, se voient dans l’obligation de trouver des alternatives face à cette pénurie dont souffre leur marché financier. D’ailleurs, si le trait sécuritaire, l’unité de la nation et préserver l’État à travers le fonctionnement de ses institutions, constituent les priorités des dirigeants en Égypte, l’instauration d’un climat de confiance, la bonne gouvernance et l’investissement dans le capital humain, demeureront des facteurs incontournables pour le développement de l’Égypte, la réalisation de ses plans stratégiques et surtout la mise en place de sa vision 2030.

L’Égypte qui reste un marché très important et encore prometteur, devrait développer son secteur économique, diversifier davantage ses principaux fournisseurs, et surtout adapter sa politique d’investissement à l’évolution de la conjoncture internationale. Son marché pourrait devenir une plateforme d’investissement fondamentale à la hauteur des puissances émergentes,  à condition que la volonté politique soit au rendez-vous.

À propos de l'auteur

Moulay Hicham Mouatadid

Ajouter un commentaire

Cliquer pour envoyer un commentaire