Politique

Et si les FAR s’établissaient à Laayoune?

[otw_is sidebar=otw-sidebar-1]Les FAR peuvent-elles quitter Rabat pour s’établir à Laayoune? L’idée paraissait saugrenue il y a une vingtaine d’années. Et pourtant, la question avait été posée par l’auteur de ces lignes au premier responsable de ce club, un officier supérieur de l’armée, aujourd’hui à la retraite. Il avait invoqué à l’époque des difficultés logistiques insurmontables empêchant le transfert définitif de l’As. FAR au Sahara. Aujourd’hui, la question est plus que jamais d’actualité. Les généraux d’Alger sont en furie et paraissent davantage préoccupés par la déstabilisation du Maroc que par le développement de leur propre pays, en proie à un chômage endémique. Tout ce qui est susceptible de faire du mal au Maroc est bienvenu et peu importe si l’économie algérienne se trouve dans un état de faillite ou peu s’en faut.

Dans ces conditions, et partant du principe que le troisième millénaire est placé sous le signe de l’image et des symboles et partant du fait que le Maroc administre son Sahara à sa guise, rien n’empêche  l’équipe des FAR d’élire domicile à Laayoune. Ce serait un pied de nez aux officiers de l’armée algérienne qui ne savent plus quoi inventer pour envenimer les relations avec le Maroc et reporter sine die la réouverture des frontières et la relance des institutions de l’UMA.

Une idée à creuser

Voir l’équipe des FAR à Laayoune serait donc politiquement un puissant signal émis à la communauté internationale et plus particulièrement à l’Algérie et à l’Espagne, les deux pays les plus farouchement hostiles à l’intégrité territoriale du Maroc. Cela obligerait de facto, le cas échéant les équipes algériennes devant rencontrer les FAR pour le comptes des compétitions africaines, à jouer à Laayoune…

L'équipe des FAR. www.fr.m.wikipedia.org
L’équipe des FAR. www.fr.m.wikipedia.org

Tout refus impliquerait alors une élimination automatique.  Une première tentative avait été faite il y a 20 ou 25 ans lorsque l’équipe des Forces auxiliaires, alors basée à Ben Slimane et évoluant en première division avait décidé de s’établir à Laayoune. Mais la logistique n’avait pas suivi et les résultats s’en ressentirent.

Avec l’équipe des FAR, ce serait d’une autre dimension. Certes, le public des FAR est essentiellement rbati ( Akkari, Yaacoub el Mansour et Al Massira), et certes aussi, le centre sportif du club se trouve aussi à Rabat, mais politiquement parlant, le jeu en vaut la chandelle. À Laayoune, les FAR compteraient d’office sur des milliers de soldats affectés dans la zone Sud, sans parler du public local qui percevrait d’un bon œil qu’une équipe compétitive élise domicile au Sahara. Cela aurait une incidence sur la promotion du sport en général dans les provinces du Sud.

Dans un autre sens, une telle mesure impliquerait un effort financier considérable et un assentiment au plus haut niveau de l’État, mais tout bien considéré, ce serait politiquement un signal puissant adressé aux généraux d’Alger qui viennent de décréter huit jours de deuil national suite au décès de Mohammed Abdelaziz. Même Nelson Mandela l’icône africaine de la résistance contre l’Apartheid n’avait pas bénéficié d’un tel honneur. C’est dire à quel point la haine peut altérer le jugement. Il s’agit donc d’y penser à un moment où l’Algérie ne rate aucune occasion sur la scène internationale pour dénigrer le Maroc.

Commentaire

commentaire

À propos de l'auteur

Harakat Ismail

Ajouter un commentaire

Cliquer pour envoyer un commentaire