Politique

Fleur de Lisée…

[otw_is sidebar=otw-sidebar-1]La course à la chefferie du Parti Québecois touche à sa fin. Comme il fallait y attendre, Alexandre Cloutier et Jean-François Lisée font figure de grands favoris même si, il y a à peine un mois, personne n’aurais misé un sesterce pour le député de Rosemont. Depuis, en effet, en vieux routier de la politique, M. Lisée a multiplié les déclarations intempestives mais mûrement réfléchies pour déstabiliser son adversaire. Débat sur la souveraineté, Vœux de l’Aïd al Fitr, allusion à Adil Cherkaoui, place du français dans la société québecoise…Jean-François Lisée a su savamment jouer sur la fibre sensible de certains électeurs du parti pour installer un climat de psychose totalement injustifié. On se serait cru en 2007 ou en 2012 en France avec Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen surenchérissant à qui mieux mieux pour faire de la sécurité et de l’identité les deux sujets phares de la campagne et lieu et place de la santé et de l’éducation.

www.lapresse.ca
www.lapresse.ca

Question: Que se passerait-il advenant une victoire de Jean-François Lisée le 7 octobre? Avant d’y répondre, il convient de rappeler que le Parti Québecois n’est pas un parti comme les autres. Au-delà des obédiences, cette formation politique est officiellement née pour faire du Québec un pays. À partir de là, le parti créé par René Lévesque rassemble des courants allant des sympathisants du communisme aux conservateurs en passant par les sociaux-démocrates ou même des libéraux qui croient en un Québec souverain. Le dénominateur commun étant la souveraineté comme idéal. Une fois cet objectif atteint, alors et seulement alors, la question de l’idéologie du PQ se poserait. En attendant, et pour unifier tous ces courants des fois aux antipodes, il importe que ce parti né pour gouverner et non pas pour jouer les éternels opposants, soit dirigé par un leader rassembleur et ayant suffisamment d’emprise et d’aura pour concilier des opinions pouvant être totalement divergentes.

Quels risques advenant une victoire de Lisée?

Sur cette base, revenons à la question de savoir ce qu’il adviendrait dans l’hypothèse d’une victoire de Jean-François Lisée. Ce dernier, n’étant pas rassembleur, et tenant apparemment à ressortir la question identitaire, quelles seraient les chances du PQ lors des prochaines élections provinciales? Difficile à prédire puisque deux années ou presque en politique, c’est une éternité. N’empêche, certaines figures de proue de la formation souverainiste mettent sérieusement en garde contre une réduction comme peau de chagrin du poids du parti à l’échelle provinciale en cas de victoire de Jean-François Lisée. Et on ne parle même pas de la nature des rapports entre le PQ et les communautés immigrantes dans un tel cas de figure. Le scénario catastrophe serait une scission pure et simple qui émietterait encore plus le vote souverainiste.

Autre question: Qui tirerait profit d’un écroulement du PQ? Les Libéraux, certes, mais aussi la CAQ et Québec Solidaire qui ne se feraient pas prier pour jouer les bons samaritains et récupérer les électeurs mécontents. Raison pour laquelle, le salut, le dernier peut-être pour le PQ, passe par l’élection d’un leader rassembleur qui promettrait seulement ce que les deniers de l’État permettraient et surtout qui rassemblerait au-delà de son propre électorat. En faisant le tour des candidats péquistes, on s’aperçoit clairement que les figures ayant ce profil ne se comptent pas par dizaines…Le salut passe nécessairement par la jeunesse!

 

Commentaire

commentaire

À propos de l'auteur

Harakat Ismail

1 commentaire

Cliquer pour envoyer un commentaire

  • Wow, que d’expressions émotives contre M. Lisée et ses supporteurs, de vulgaires « identitaires » ! En voici quelques-unes:  » … déclarations intempestives , a su savamment jouer sur la fibre sensible, installer un climat de psychose totalement injustifié, Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen surenchérissant, pas rassembleur, ressortir la question identitaire, une scission pure et simple ». Le parti-pris de M. Harakat des Marocains résidents à l’étranger (le Québec) pue le support à l’islam radical à la Charkaoui et Cie déçu de voir leur « OPA » sur les jeunes et M. Cloutier tourner au vinaigre ! Il ne faut pas sous-estimer la jeunesse du Québec, M. Harakat… Il est évident que la notion de démocratie n’est pas encore intégrée chez ces représentants de cette association marocaine.

    Ce sont les électeurs du PQ qui décideront et choisiront le prochain chef du PQ. Certainement pas les lobbies islamiques luttant férocement pour l’islamisation du Québec en voilant femmes et vérités à cacher. Enfin, si c’est encore possible. Nous sommes, au PQ, habitués aux coups fourrés de la part de nos adversaires ! Le PQ devra faire face à la question identitaire et l’appel à cacher tout cela sous le tapis ne peut que favoriser l’islam radical au détriment de toute notre nation y incluant surtout nos musulmans non « radicalisables ». Il faut mettre fin à l’hypocrisie et aux manigances vicieuses visant à manipuler notre jeunesse généreuse, mais moins préparée à ces astuces guerrières fort subtiles que propose cet islam du voile et de l’inégalité, de la noirceur et liberticide.

    Le PQ offre aux générations à venir et aux nouveaux Québécois, le plus grand et le plus noble projet qui soit, celui de construire ensemble un nouveau pays où tous les citoyens seront des bâtisseurs fiers et égaux partageant des valeurs d’égalité, de liberté, de fraternité, de laïcité, de féminisme, de démocratie, de société de droit, et autres, où il n’y aura plus de ‘de souche’, d’immigrants, de résidents temporaires, de fédéralistes, de souverainistes, et autres épithètes douloureuses et dépassées. Nous serons tous des Québécois égaux et responsables collectivement de nous-mêmes et nullement assujettis à quelques idéologies intégristes et limitatives que ce soit ! Vive le Québec en marche vers sa libération, vers toutes les libérations qu’offre la modernité, la générosité et l’humanisme. Toutes et tous sont bienvenus vers la « Fleur de Lisée », comme vous le dites si dédaigneusement, M. Harakat. À vous aussi nous tendons la main.