Migrance

Les Maghrébins d’Occident dans la tourmente

Une intégration problématique. www.arrel.elpuntavui.cat
Une intégration problématique. www.arrel.elpuntavui.cat
Une intégration problématique. www.arrel.elpuntavui.cat
Une intégration problématique. www.arrel.elpuntavui.cat

Pourquoi ne les entend-on pas dans les médias dénoncer le terrorisme? Pourquoi ne respectent-ils pas nos valeurs? De quel droit se permettent-ils d’exiger de la viande halal dans nos établissements scolaires? Comment une femme vivant dans une société démocratique peut-elle s’accrocher ainsi au hijab…? Il y a quelques années à peine, ce genre de questions se posait davantage dans la pensée qu’à voix haute au Canada. Mais en moins de deux ans, il y a eu l’attentat visant la colline parlementaire, Saint-Jean-sur-Richelieu, Charlie-Hebdo et enfin les événements de Paris le 13 novembre 2015. Depuis, les interrogations discrètes qu’on pouvait avoir se font désormais à la lumière du jour, à commencer par certains médias qui ne font que surfer sur le mouvement de la vague. Un chroniqueur connu et souvent mal renseigné n’a pas hésité à écrire dans sa feuille de chou sensationnaliste au lendemain des attentats de Paris que si les Arabes n’investissent pas massivement les artères des pays occidentaux pour dénoncer les attentats, ils risquent apparaître comme des complices aux yeux des sociétés qui ont bien voulu les accueillir.
Cette ignorance crasse de la réalité et ces raccourcis abrutissants nécessitent un rappel : Dans le cas européen, en France, en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne…le flux migratoire provenant du Maghreb – groupe le plus stigmatisé ces derniers temps-, remonte à la fin de la deuxième guerre mondiale. À l’époque, une bonne partie des infrastructures de ces pays là devait être reconstruite après plusieurs années de bombardements. Le nombre de chantiers était si important qu’il apparaissait évident que la main d’œuvre européenne à elle seule n’allait pas suffire. C’est ainsi qu’il a été décidé d’ouvrir la porte à l’immigration maghrébine dès la fin des années 1940 et le début des années 1950. Jusqu’à la fin des années 1980, et tant et aussi longtemps que la vache à lait sociale était généreuse, la paix sociale entre immigrants et français ‘’de souche’’ était préservée. Même si ces nouveaux arrivants, souvent illettrés , étaient cantonnés dans des HLM, loin des quartiers blancs.

Cécité politique

Au fur et à mesure que l’Europe et plus particulièrement la France s’enlisait dans son déclin, l’emploi se faisait de plus en plus rare et l’indifférence manifestée à l’égard des travailleurs maghrébins laissait de plus en plus place à une forme de discrimination plus ou moins directe dans tous les aspects de la vie. Dès lors, le crime du faciès est devenu monnaie courante et à compétence égale, il était bien rare qu’un maghrébin décroche un emploi décent. En outre, à partir de la troisième génération, les jeunes issus de l’immigration n’avaient plus grand-chose de ‘’maghrébins’’. Ils sont devenus des ‘’beurs’’ apatrides vivant une crise identitaire sévère accentuée par la discrimination voire carrément la xénophobie.
C’est ce malaise qui a engendré la crise des banlieues européennes et qui a poussé ces jeunes à céder aux sirènes de certains prédicateurs roublards. Ces derniers ont su exploiter l’état d’esprit de ces ‘’beurs’’ en leur faisant comprendre que l’islam pouvait s’ériger en recours. Or, comme les notions en arabe de ces jeunes banlieusards sont souvent quasi nulles, et comme ils n’ont pas la moindre idée du contenu du coran, ils deviennent facilement endoctrinables. On leur fait tout simplement avaler des couleuvres en exploitant leur ignorance. Voilà comment ces jeunes ont-ils été ‘’récupérés’’ par les obscurantistes. Ils sont le résultat de la faillite du système d’intégration européen. Ni la droite ni la gauche n’ont été en mesure de fournir des réponses viables à la crise des banlieues, se contentant depuis plusieurs années de cacher la poussière sous le tapis au lieu de prendre le taureau par les cornes. Voilà comment nous en sommes arrivés là! On ne peut analyser objectivement les événements de Paris sans garder en mémoire les erreurs flagrantes des politiciens qui n’ont à aucun moment perçu le danger.
Qu’en est-il du cas canadien et québecois? Présente-t-il des similitudes avec le contexte européen? C’est ce que nous essaierons d’analyser dans la deuxième partie.

Commentaire

commentaire

À propos de l'auteur

Harakat Ismail

2 commentaires

Cliquer pour envoyer un commentaire

  • de Ismail Saidi, auteur et réalisateur de cinéma: “Pourquoi les musulmans ne descendent pas en masse dans la rue pour condamner ?”

    Parce que nous sommes en train de conduire les taxis qui ramènent gratuitement la population chez elle depuis hier…

    Parce que nous sommes en train de soigner les blessés dans les hôpitaux…

    Parce que nous conduisons les ambulances qui filent comme des étoiles sur nos routes pour essayer de sauver ce qu’il reste de vie en nous…

    Parce que nous sommes à la réception des hôtels qui accueillent les badauds gratuitement depuis hier…

    Parce que nous conduisons les bus, les trams et les métros afin que la vie continue, même blessée…

    Parce que nous sommes toujours à la recherche des criminels sous notre habit de policier, d’enquêteur, de magistrat…

    Parce que nous pleurons nos disparus, aussi…

    Parce que nous ne sommes pas plus épargnés…

    Parce que nous sommes doublement, triplement meurtris…

    Parce qu’une même croyance a engendré le bourreau et la victime…

    Parce que nous sommes groggy, perdus et que nous essayons de comprendre…

    Parce que nous avons passé la nuit sur le pas de notre porte à attendre un être qui ne reviendra plus…

    Parce que nous comptons nos morts…

    Parce que nous sommes en deuil…

    Le reste n’est que silence…”

    • Comme par mal de monde, j’ai lu l’article signé Ismaïl Saïdi, cher Kamal. Il a fait effectivement fureur en Belgique et sur la toile bleue. Il reflète globalement et fidèlement l’état d’esprit dominant au sein de la communauté marocaine de Belgique