Culture

Soudain, j’ai peur

Image: Les Zexperts
Image: Les Zexperts

Par: Majid Blal

Je me cherche dans mon désarroi

et bifurque du côté de la lumière

l’espoir est un printemps en attente

Je ne me retrouve plus ! Je ne sais plus si mon environnement qui m’était si familier, m’est devenu soudain si hostile.

J’ai peur ! Oui je suis devenu craintif en observant ou peut-être en vieillissant. J’ai vu les idéaux que j’ai endossés tomber et s’affaler comme des sacs de jute lourdement inanimés.

J’ai vu l’ignorance crasse ne plus avoir honte et prendre ses aises. J’ai vu l’indignation se faire au rabais et au faciès. J’ai vu la citoyenneté perdre de sa noblesse et son aura pour devenir une désignation selon la tête du client.

J’ai vu le discours haineux devenir banal et même plus : Une attitude valorisée et valorisante. J’ai vu le rejet et le repli identitaire se partager le terrain des convictions.

j’ai vu des gens sans histoires tenir des langages orduriers comme mots de passes, comme cris de ralliement.

J’ai vu un autre Québec que je me refusais de considérer possible.

On détruit les ponts pour ériger des murs. On déchiquette les passerelles pour construire des frontières. On assiège. On séquestre l’intelligence et on libère les bas instincts.

J’ai peur et pourtant.

Je refuse de payer pour tous les Oussama de ce monde. Je refuse d’être l’instrument que manipule l’ignorance de la xénophobie quand elle ne peut convaincre.

Je refuse  d’être un quelconque coupable par association ou de circonstance. Je réfute les accusations non formulées clairement.

Je refuse d’incarner un quelconque bouc émissaire, ou une potentielle poule mouillée.

Je refuse les amalgames et les raccourcis qui ostracisent. Je refuserai toujours d’être un citoyen de seconde catégorie et cela au grand dam des ségrégationnistes. Je refuserai toujours que je sois réduit à une parcelle de ma riche identité.

J’ai peur ! Déjà que les murailles de l’apartheid se dessinent dans les formulations légitimées de la discrimination.

J’ai peur et j’ai le droit de dramatiser les idées perspectives.

Ce n’est pas que l’histoire ne nous apprend rien mais, hélas, la mémoire est courte et elle est une faculté qui oublie quand le populisme des suffisants s’arroge en vérité moralisatrice.

Je me souviens d’une télé série, avec Marina Orsini, qui raconte ces rafles arbitraires qu’avaient subis les italiens du Québec dans les années trente et leur internement dans un camp de concentration à Petawawa pour l’unique motif qu’ils étaient coupables par association à Mussolini. C’est dans ce climat d’arrestation et en prison que l’écrivain-journaliste Mario Duliani avait écrit «  La cité sans femme » « Il Cittadino Candese » et «  La verità »

Je refuse d’être assimilé à ce que je ne suis pas. Que ce soit un Mussolini en turban, un Djihadiste, un wahhabite ou juste un supposé dangereux québécois avec un prénom porteur d’un marqueur identitaire : Musulman.

J’ai peur et j’en suis conscient.

Les camps de mises en quarantaine !

J’y suis déjà. Je viens de franchir le seuil.

Nous sommes déjà sur l’île du rejet

la haine en soldat déroule ses barbelés

La bave déferlant des bouches rictus

En vagues successives pousse l’écume

 

Les grognements s’étalent en verdicts

Jugements-éclairs tranchent et dictent

Sans argument se nourrit l’amalgame

Ne  réplique qui peut être musulman

 

Sommes déjà dans nos baraquements

Dans les camps de nos internements

Sommes déjà devenus des prétextes

Sommes déjà redevenus des étrangers

 

Je suis déjà dedans sous les tourelles

entre miliciens et recrues sentinelles

Je suis déjà loin de mon vieux « Nous »

À force de m’inoculer l’exclusif « Vous »

 

Je me cherche dans mon désarroi

et bifurque du coté de la lumière

l’espoir est un printemps en attente.

À propos de l'auteur

Espace MRE

Ajouter un commentaire

Cliquer pour envoyer un commentaire