Maroc

Tuerie de Sidi Smaïl: Une question d’adultère?

Une autre vérité que la version officielle? www.lefigaro.fr
Une autre vérité que la version officielle? www.lefigaro.fr

Après l’arrestation du forcené de Douar Laqdamra, suite à son carnage perpétré contre des membres de sa propre famille, l’homme (Abdelali 45 ans) vient d’avouer à la gendarmerie de Sidi Smaïl, les  véritables  raisons derrière son acte de démence du  fameux  samedi noir. Sa femme, parait-il, le trompait…et avec son propre frère cadet, de surcroît. Une chose dont il en était presque certain et  seule la preuve irréfutable, pour ne pas dire, le flagrant délit, lui manquait. Le samedi, jour du souk, Abdelali s’est levé tôt pour aller vendre une ânesse (1700 DH) et faire ses courses de la semaine. Et pendant qu’il faisait ses courses, un coup de fil est venu lui confirmer que, profitant de son absence, sa femme est sortie de la maison, pour aller rejoindre son amant. Du coup, il arrête ses courses habituelles, fait l’achat de quelques couteaux et d’une machette (mqadda), et prend la direction du Douar.

Arrivé chez lui, il découvre qu’effectivement, sa femme à qui il avait intimé l’ordre de ne pas quitter la maison en son absence, n’y est pas. Dans un état hystérique, Abdelali part à sa recherche. Sa femme qui  était au courant de la chose, suite aux coups de fil répétés de son mari, qui lui demandait où elle était, se dépêchait pour regagner la maison et  trouver un prétexte qui puisse justifier sa sortie inopinée. Mais à un détour du Douar, les deux tombent l’un face à l’autre. La femme ouvre la bouche, comme pour  se justifier…mais Abdelali, que la jalousie et la rage ont rendus sourd, ne veut plus rien entendre, sort son couteau et frappe, frappe…

Imparable hystérie…

Alertée par ses cris, la sœur de la victime vient à sa rescousse et fut poignardée à son tour, suivie de la mère de la victime, puis des propres parents du forcené, venus le raisonner. C’est l’horreur !!! Abdelali n’est plus qu’un zombie. Il ne peut plus s’arrêter ; regagne la maison de son frère (absent de  la maison) et tue sa femme et sa fille. Ressort dehors, et poignarde l’oncle de sa femme, rencontré au hasard… Abdelali, le muezzin du Douar, celui qui fut même, imam à une certaine époque, vient de  péter totalement les plombs.  Il se dirigea vers la Mosquée,  rencontra deux voisins et les poignarda à leur tour. Au total, dix personnes poignardées et achevées à la machette… Quant à ses quatre enfants, il a pris soin de les enfermer dans une pièce, avant de sortir à la recherche de leur maman.

Aujourd’hui et suite aux instructions royales, ces quatre enfants ont été reçus par SOS village d’El-Jadida, où ils bénéficieront, dans un premier temps, d’un suivi psychologique. Pour finir, disons que si on est choqué par l’horreur de ce qui vient de se passer à Douar Laqdamra, on n’arrive toujours pas à s’expliquer qu’Abdelali, l’homme qui a vendu son ânesse au souk dans la même matinée, et à un excellent prix, d’après des connaisseurs, l’ex-muezzin et même imam du village, soit qualifié de fou par le procès verbal de la gendarmerie. Un PV repris, presque en chœurs par la majorité des médias et qui vise à servir aux lecteurs nationaux et aux médias internationaux, la  vérité  officielle  et non réelle autour de cette affaire. À croire qu’un simple gendarme marocain soit aussi bien apte à arrêter les criminels, qu’à faire un diagnostic  approfondi , de leur état physique et psychique. Qui vivra verra!

À propos de l'auteur

Abdallah Hanbali

Ajouter un commentaire

Cliquer pour envoyer un commentaire